Des agriculteurs en colère bloquent Bruxelles pour protester contre les politiques de l’UE et les importations bon marché d’Ukraine | Nouvelles des manifestations


Les agriculteurs ont jeté des betteraves, aspergé de fumier sur la police et incendié du foin à Bruxelles alors que des centaines de tracteurs bouclaient les rues proches du siège de l’Union européenne, où les ministres de l’Agriculture cherchaient à atténuer une crise qui a conduit à des mois de manifestations dans le bloc des 27 membres.

Les agriculteurs ont protesté mardi contre ce qu’ils considèrent comme des formalités administratives excessives et des pratiques commerciales déloyales, ainsi que contre l’augmentation des mesures environnementales et les importations bon marché en provenance d’Ukraine. « Gagnons notre vie de notre métier », pouvait-on lire sur un panneau publicitaire placé sur un tracteur bloquant une artère principale jonchée de pommes de terre, d’œufs et de fumier.

Alors que les manifestations devenaient violentes, la police a utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour tenir à distance les agriculteurs et quelque 250 tracteurs, alors même que les ministres se réunissaient pour faire adopter des mesures destinées à calmer la crise. Les autorités ont demandé aux navetteurs de rester en dehors de Bruxelles et de travailler autant que possible à domicile.

Plusieurs agriculteurs, policiers et pompiers ont été blessés, mais aucun ne mettait leur vie en danger. Le gouvernement a fustigé les agriculteurs pour n’avoir pas réussi à contenir les éléments violents qui ont jeté des vélos électriques d’un pont et mis le feu à l’entrée d’une station de métro.

Avec les manifestations qui ont eu lieu en Finlande, en Grèce, en Pologne et en Irlande, les agriculteurs ont déjà obtenu des concessions de la part des autorités européennes et nationales, allant d’un assouplissement des contrôles sur les exploitations agricoles à un affaiblissement des règles en matière de pesticides et d’environnement.

Un plan majeur visant à mieux protéger la nature dans le bloc et à lutter contre le changement climatique a été reporté sine die lundi, soulignant à quel point les manifestations ont eu une profonde influence sur la politique.

Les États membres de l’UE ont donné mardi leur approbation provisoire à des propositions qui reviennent à affaiblir ou à réduire les règles dans des domaines tels que la rotation des cultures, la protection de la couverture des sols et les méthodes de travail du sol. Les petits agriculteurs, qui représentent environ les deux tiers de la main-d’œuvre et sont les plus actifs dans le mouvement de protestation, seront exemptés de certains contrôles et sanctions.

Le Parlement européen devrait se prononcer sur ces propositions fin avril.

Les écologistes et les militants du climat estiment qu’un changement de politique de l’UE sous la pression des agriculteurs est regrettable, avertissant que les concessions à court terme hanteront l’Union dans une génération où le changement climatique frappera encore plus durement le continent.



Source link