Israël a-t-il commis des crimes de guerre à Rafah, la ville la plus au sud de Gaza ? | Guerre d’Israël contre Gaza Actualités


Amnesty International prévient qu’Israël a déjà violé le droit international à Rafah lors de quatre agressions depuis décembre.

Au moins 95 personnes, dont 42 enfants, ont été tuées dans quatre attaques menées par les forces israéliennes à Rafah, la ville la plus au sud de Gaza, selon Amnesty International. Parmi les victimes figurent une petite fille si jeune que sa naissance n’avait même pas été enregistrée, a déclaré l’organisation de défense des droits humains.

Jusqu’à présent, quatre attaques ont eu lieu contre la ville à partir de décembre, après une pause humanitaire d’une semaine pour permettre le passage de l’aide et la libération des otages et des prisonniers.

Les autorités israéliennes ont déclaré que les attaques étaient justifiées parce que des membres du Hamas se cachent dans la ville. Israël a déclaré à plusieurs reprises qu’il faisait tout ce qui était en son pouvoir pour éviter les pertes civiles, même si le nombre de morts à Gaza a dépassé les 28 000 en seulement quatre mois et que plusieurs milliers d’autres ont été perdus sous les décombres et seraient morts.

Le président américain Joe Biden a mis en garde Israël contre toute attaque militaire au détriment de la vie des civils. Il a rencontré lundi le roi Abdallah de Jordanie à la Maison Blanche et a déclaré : « Une opération militaire majeure à Rafah ne devrait pas avoir lieu sans un plan crédible pour assurer la sécurité et le soutien de plus d’un million de personnes qui y ont trouvé refuge. »

Chronologie des attaques 12 décembre : L’attaque de deux maisons appartenant à la famille Harb dans le district d’al-Zuhour a tué 25 civils, dont 10 enfants. 14 décembre : Attaque contre la maison du Dr Abdallah Shehada dans le district de Brésil tue 30 personnes, dont 11 enfants. 19 décembre : Attaque contre la maison de la famille Zu’rub, à l’ouest de Rafah, fait 22 morts, dont 11 enfants. 9 janvier : Attaque contre le domicile de la famille Nofa dans le district de Tal as-Sultan faisant 18 morts, dont 10 enfants. Que montre le rapport d’Amnesty International ?

Son enquête sur les actions d’Israël à Gaza est en cours, mais le dernier rapport d’Amnesty International montre des preuves de possibles crimes de guerre à Rafah.

Sa directrice principale de la recherche, du plaidoyer, des politiques et des campagnes, Erika Guevara Rosas, a déclaré : « Des familles entières ont été anéanties dans les attaques israéliennes, même après avoir cherché refuge dans des zones présentées comme sûres. »

Des photographies, des enregistrements vidéo et des images satellite ont été pris sur les quatre sites d’attaque par Amnesty pour vérifier la destruction. L’organisation a également interrogé 18 personnes – 14 survivants et quatre sauveteurs.

Cette enquête n’a trouvé aucune cible militaire légitime qui justifierait une attaque de cette ampleur, a-t-il ajouté.

Amnesty a déclaré avoir envoyé des questions sur les attaques aux autorités israéliennes les 19 et 30 janvier mais n’avoir reçu aucune réponse.

RafahDes Palestiniens assis sous les décombres d’un bombardement israélien sur Rafah, le 12 février 2024. [Hatem Ali/AP]
Israël a-t-il déjà mené des attaques contre Rafah ?

Oui. En août 2014, Israël a mené une attaque aérienne et terrestre de quatre jours contre la ville, au cours de laquelle 135 civils, dont 75 enfants, ont été tués. Amnesty International a déclaré qu’Israël avait également violé le droit international à cette époque.

Cet assaut a été lancé en réponse à la capture et au meurtre présumé d’un soldat israélien, le lieutenant Hadar Goldin, déclaré mort le 2 août.

En 2015, Amnesty International et l’unité de journalisme d’investigation Forensic Architecture ont publié un rapport intitulé Black Friday : Carnage in Rafah during 2014 Israel/Gaza conflict. Philip Luther, directeur d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, avait déclaré à l’époque : « Il existe des preuves solides que les forces israéliennes ont commis des crimes de guerre lors de leurs bombardements massifs et incessants des zones résidentielles de Rafah afin d’empêcher la capture du lieutenant Hadar Goldin. faisant preuve d’un mépris choquant pour la vie des civils.

Dans sa déclaration, Amnesty International a appelé la communauté internationale à soutenir le rôle de la Cour pénale internationale (CPI) dans l’examen des allégations de crimes de guerre « y compris celles documentées dans ce rapport ».

Il a ajouté : «Tous les États devraient s’opposer aux mesures punitives contre la Palestine pour avoir rejoint la Cour pénale internationale ou pour avoir soumis des informations sur les violations israéliennes à la Cour ou pour avoir pris d’autres mesures pour activer les mécanismes de justice internationale.

Israël essaie-t-il d’éviter la mort de civils comme il le prétend ?

Bien que la Cour internationale de Justice (CIJ) ait ordonné le 22 janvier à Israël de se conformer à la convention sur le génocide de 1948, le nombre de victimes civiles à Gaza n’a pas diminué.

La communauté internationale continue de faire pression sur Israël pour qu’il limite ou évite les pertes civiles. Les États-Unis, l’allié le plus fidèle d’Israël, ont également conseillé la prudence.

Matthew Miller, porte-parole du Département d’État américain, a déclaré : « Nous ne soutiendrons aucune campagne militaire à Rafah tant qu’elle ne pourra pas correctement prendre en compte les 1,1 million de personnes, selon certaines estimations, qui se trouvent aujourd’hui à Rafah, dont certaines qui ont déjà été déplacés, dont certains l’ont été à plusieurs reprises.

Les responsables égyptiens ont également clairement indiqué qu’il fallait éviter à tout prix les pertes civiles.



Source link