Israël continue de bloquer l’aide au nord de Gaza ; L’ONU envoie une équipe à l’hôpital Al-Shifa détruit — Enjeux mondiaux


Plus d’une douzaine de Palestiniens ont été tués lors de largages aériens effectués par plusieurs pays qui tentaient de fournir une aide désespérément nécessaire face à la lenteur des expéditions de nourriture d’Israël aux postes frontières vers Gaza, selon les médias.

Les victimes seraient mortes noyées alors qu’elles tentaient de récupérer des colis de nourriture dans la mer ou auraient été mortellement frappées par la chute de boîtes d’aide.

Dans le même temps, les rapports des agences des Nations Unies sur le terrain à Gaza indiquent une poursuite des frappes aériennes et des attaques.

Cela s’accompagne d’appels de plus en plus forts à un cessez-le-feu humanitaire immédiat et à ce qu’Israël se conforme à la fois à la résolution du Conseil de sécurité appelant à la cessation des hostilités pendant le Ramadan, qui se termine le 10 avril, et aux ordonnances de la Cour internationale de Justice (CIJ) vendredi dernier, demandant le pays à respecter ses obligations en tant que signataire de la Convention sur le génocide et à ouvrir les postes frontaliers pour permettre une aide suffisante dans l’enclave.

Champs de bataille à travers le Strip

Dans son dernier rapport de situation, l’agence de secours spécialisée des Nations Unies pour la Palestine, l’UNRWA, a déclaré que les forces de sécurité israéliennes (FSI) poursuivaient leurs opérations militaires dans la bande de Gaza, entraînant de nouvelles victimes civiles, des déplacements et la destruction de maisons et d’autres infrastructures civiles.

Les attaques israéliennes ont tué plus de 32 000 personnes à Gaza depuis le début de la guerre en octobre, selon le ministère de la Santé, à la suite d’une incursion menée par le Hamas en Israël qui a fait près de 1 200 morts et plus de 240 prises en otages.

Les frappes aériennes et les bombardements se sont poursuivis dans le nord de Gaza, à Khan Younis et à Rafah, où l’UNRWA estime qu’un total de 1,2 million de personnes vivent désormais, la grande majorité dans des abris formels et informels, a rapporté l’agence des Nations Unies.

Plus de 100 écoles de l’UNRWA ont été touchées directement ou indirectement, certaines étant gravement endommagées. Beaucoup d’entre elles ont servi d’abris aux familles déplacées depuis le début de la guerre.

« Aucun endroit n’est sûr dans #GazaStrip. C’est une guerre contre les enfants. Sur leur enfance et leur avenir. Cessez-le-feu maintenant », a publié l’UNRWA sur les réseaux sociaux.

Les gens transportent leurs biens via Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza.

© UNICEF/Eyad El Baba

Les gens transportent leurs biens via Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza.

Accès à l’aide entravé

Les obstacles à l’accès continuent de compromettre gravement la capacité des humanitaires à atteindre la population à Gaza, a déclaré l’UNRWA.

Selon le bureau de coordination humanitaire des Nations Unies, OCHA, depuis le 1er mars, 30 pour cent des missions d’aide humanitaire dans le nord de Gaza ont été refusées par les autorités israéliennes.

L’UNRWA est touché de manière disproportionnée, les autorités israéliennes continuant de lui refuser l’accès au nord de Gaza pour fournir une aide alimentaire d’urgence depuis qu’elles ont annoncé la semaine dernière qu’elles n’approuveraient plus ces expéditions.

Il n’y a eu aucun changement significatif dans le volume de fournitures humanitaires entrant à Gaza ni d’amélioration de l’accès au nord, a rapporté l’UNRWA, notant que du 1er au 20 mars.

En termes d’envois d’aide, seuls 159 camions d’aide sont entrés en moyenne à Gaza par jour, bien en deçà de l’objectif opérationnel de 500 camions nécessaires quotidiennement, a déclaré lundi le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, aux journalistes au siège.

L’UNRWA continue de fournir des capacités de stockage et de distribution de nourriture et de produits d’autres agences, et a indiqué que depuis le début de la guerre, 1,8 million de Gazaouis ont reçu de la farine et près de 600 000 personnes ont reçu des colis alimentaires d’urgence, a-t-il déclaré.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies fournit de la nourriture dont 1,45 million de personnes à Gaza ont désespérément besoin, mais affirme que « ce n’est pas suffisant ».

« Sans cessez-le-feu et sans accès total, des vies sont en danger », a déclaré l’agence des Nations Unies.

« Les tentatives visant à marginaliser l’UNWRA doivent cesser »

En réponse aux informations des médias selon lesquelles Israël aurait envoyé au secrétaire général de l’ONU un plan formel visant à démanteler l’UNRWA, le porte-parole de l’ONU a déclaré lundi qu’aucun haut responsable de l’ONU dans la région n’avait reçu de plan d’Israël, pas plus que le chef de l’ONU.

« Notre position sur l’UNRWA reste inchangée : c’est une ligne d’espoir pour des millions de Palestiniens dans la région, y compris à Gaza », a-t-il déclaré. « Actuellement, c’est l’épine dorsale, la colonne vertébrale, les bras et les jambes de notre opération humanitaire là-bas. »

Le coordonnateur des secours humanitaires d’urgence de l’ONU, Martin Griffiths, a critiqué toute tentative visant à limiter le travail de sauvetage de l’UNRWA, mandaté par l’Assemblée générale de l’ONU.

« Les tentatives visant à marginaliser l’UNRWA doivent cesser », a-t-il déclaré.

« L’UNRWA est l’épine dorsale de l’opération humanitaire à Gaza. Sans eux, tout effort visant à distribuer l’aide est tout simplement voué à l’échec.»

L'hôpital Al-Shifa, au nord de Gaza, est en ruines.

© UNICEF/Sonia Silva

L’hôpital Al-Shifa, au nord de Gaza, est en ruines.

Les hôpitaux doivent être protégés : Tedros

Le chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a rapporté ce week-end qu’au moins quatre personnes avaient été tuées et 17 autres blessées après qu’une frappe aérienne israélienne a frappé l’hôpital Al-Aqsa, au centre de la bande de Gaza.

« L’équipe de l’OMS était en mission humanitaire à l’hôpital Al-Aqsa à Gaza, lorsqu’un camp de tentes à l’intérieur de l’enceinte de l’hôpital a été touché dimanche par une frappe aérienne israélienne », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus dans un message sur les réseaux sociaux.

« Le personnel de l’OMS est présent », a-t-il expliqué, ajoutant que l’équipe était à l’hôpital pour évaluer les besoins et collecter les incubateurs à envoyer au nord de Gaza.

« Nous appelons une fois de plus à la protection des patients, du personnel de santé et des missions humanitaires », a-t-il insisté. « Les attaques en cours et la militarisation des hôpitaux doivent cesser. Le droit international humanitaire doit être respecté.

Il a appelé à la fin immédiate des hostilités.

« Nous exhortons les parties à respecter la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU et le cessez-le-feu ! »

Le chef de l’OMS s’est prononcé contre le siège israélien de l’hôpital Al-Shifa, dans le nord de Gaza. L’opération militaire, qui a duré deux semaines, a fait de nombreux morts et blessés, selon les médias.

« Les hôpitaux doivent être respectés et protégés ; ils ne doivent pas être utilisés comme champs de bataille », a-t-il déclaré.

L’ONU prévoit une mission à l’hôpital Al-Shifa

L’ONU enquête sur le siège de l’hôpital Al-Shifa, qui dure depuis deux semaines, a déclaré lundi le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric.

« Nous prévoyons une mission à l’hôpital dès que nous pourrons y arriver », a-t-il déclaré.

La mission aidera les gens à obtenir une assistance médicale et à évaluer l’état de l’hôpital, a-t-il expliqué, ajoutant que l’OMS avait signalé que 21 patients étaient morts pendant le siège.

Le Conseil de sécurité « doit faire plus » : la France va présenter un nouveau projet de résolution

Le Conseil de sécurité doit faire davantage pour contribuer à atténuer la situation humanitaire « catastrophique » à Gaza, a déclaré l’ambassadeur de France auprès de l’ONU Nicolas de Rivière, s’exprimant lundi devant la salle du Conseil, à l’issue d’une réunion à huis clos.

Il a déclaré que le Conseil devait être à la hauteur de ses responsabilités, suite à la résolution déposée la semaine dernière par les membres élus du E-10, exigeant un « cessez-le-feu immédiat », qui a été adoptée lorsque les États-Unis se sont abstenus au lieu d’opposer leur veto au projet.

Il a déclaré qu’un nouveau projet de résolution « global » était présenté lundi par la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat sans aucune limitation dans le temps et à la libération inconditionnelle de tous les otages. Il a déclaré qu’il condamnerait également les attaques terroristes du Hamas le 7 octobre et le plein accès humanitaire.

Regardez ses remarques complètes ici :



Source link