Justin Trudeau sévit contre les expatriés britanniques en leur interdisant d’acheter une maison au Canada | Monde | Nouvelles


Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a décidé de sévir contre les expatriés britanniques en leur interdisant d’acheter une maison au Canada.

M. Trudeau a pris cette décision dans le cadre d’une interdiction plus large imposée aux ressortissants étrangers d’acheter une propriété dans n’importe quelle partie du Canada.

Dans une annonce, le gouvernement canadien a déclaré que seuls les travailleurs temporaires, les demandeurs d’asile et certains étudiants internationaux pourraient acheter une propriété d’ici 2027.

En conséquence, des milliers d’expatriés britanniques vivant dans le pays pourraient être concernés par un programme conçu pour empêcher les maisons de tomber dans une catégorie connue sous le nom de « classe d’actifs financiers spéculatifs ».

Dans un communiqué, la ministre canadienne des Finances, Chrystia Freeland, a déclaré : « En prolongeant le plan d’achat d’acheteurs étrangers, nous veillerons à ce que les maisons soient utilisées comme logements pour les familles canadiennes et ne deviennent pas une classe d’actifs financiers spéculatifs.

« Le gouvernement a l’intention d’utiliser tous les outils possibles pour rendre le logement plus abordable pour les Canadiens partout au pays.

Tom Davidoff, professeur agrégé à l’Université de la Colombie-Britannique, a affirmé qu’il était difficile de croire que l’interdiction avait été couronnée de succès.

Il a déclaré au Telegraph : « Sur les marchés les plus confrontés à des problèmes d’accessibilité financière, il est très difficile de croire qu’il y ait eu un tel impact car il y avait si peu d’acheteurs étrangers au départ. »

Le Canada n’est pas le seul pays où les expatriés britanniques sont confrontés à une période difficile. En France, ils ont subi un coup dur après l’abrogation de la règle des visas de 90 jours.

Le mois dernier, le Conseil constitutionnel du pays a rejeté un amendement à un projet de loi sur l’immigration qui aurait entraîné la suppression de la règle des 90 pour les expatriés britanniques et a jugé qu’elle était inconstitutionnelle.

Selon cette proposition, les Britanniques ayant une résidence secondaire en France se verraient automatiquement accorder un visa de long séjour, augmentant ainsi leur flexibilité.

Selon cette règle, les Britanniques et les autres ressortissants de pays tiers ne peuvent pas rester dans l’Union européenne plus de 90 jours sur une période de 180 jours.

Le rejet de cette règle est intervenu quelques jours seulement après que le Royaume-Uni a conclu un nouvel accord avec la France facilitant la venue des enfants français en Grande-Bretagne dans le cadre de voyages scolaires. Les nouvelles règles simplifient le processus pour les enseignants et les écoles qui souhaitent amener leurs enfants au Royaume-Uni.

Dans un communiqué suite à cette annonce, l’ambassadrice britannique en France, Dame Menna Rawlings, a déclaré : « Mon tout premier voyage à l’étranger a eu lieu lors d’un échange scolaire en France lorsque j’avais 13 ans.

« Avec la France, ce fut le coup de foudre et le début d’une aventure de voyage et d’exploration de différentes langues et cultures.

“Je suis donc ravi que nous fassions les voyages des groupes scolaires au Royaume-Uni, conformément aux engagements mutuels pris lors du sommet de mars entre notre Premier ministre et le président Macron.”



Source link