Le challenger de Poutine affirme que la majorité des Russes veulent que la guerre en Ukraine prenne fin | Actualités électorales


Le candidat à la présidentielle Boris Nadezhdin a déclaré à Al Jazeera que la décision de l’empêcher de se présenter aux élections était « politique ».

Le candidat anti-guerre à la présidence russe Boris Nadejdin a déclaré qu’une « majorité » des Russes souhaitaient que le conflit avec l’Ukraine prenne fin et a promis de contester la décision du corps électoral lui interdisant de se présenter aux élections de mars contre le président sortant Vladimir Poutine.

Dans une interview accordée vendredi à Al Jazeera, Nadezhdin a déclaré que la décision de la Commission électorale centrale (CEC) était une « décision politique », que ses avocats s’apprêtaient à contester devant la Cour suprême.

“Je ne sais pas qui a décidé exactement [that] à propos de moi, mais je connais exactement la raison… parce que ma cote électorale, le nombre de personnes prêtes à voter pour moi augmente de 5 pour cent par semaine », a-t-il déclaré.

Nadejdin a critiqué Poutine, qui, selon lui, a commis une « erreur fatale » en lançant l’invasion, et s’est engagé à y mettre fin par la négociation.

“[The] la compréhension officielle est que toute la société est pour Poutine, pour [the] opération militaire spéciale comme nous l’appelons, mais ce n’est pas le cas », a-t-il déclaré. « La majorité des Russes souhaitent que le conflit en Ukraine cesse. »

Les voix dissidentes n’ont pas été tolérées en Russie et les citoyens ont été systématiquement criminalisés par des lois antidiffamation strictes qui interdisent de parler négativement de l’invasion et de la conduite de l’armée.

Les personnes reconnues coupables de diffusion de « fausses informations » sur l’armée risquent jusqu’à 15 ans de prison.

Lorsqu’on lui a demandé s’il craignait d’être pénalisé en vertu des lois de censure de guerre, Nadejdin a répondu : « Le problème n’est pas de savoir si j’ai peur ou si je n’ai pas peur – franchement, je suis prêt à tout. »

Il a déclaré à Al Jazeera : « Mais je n’ai jamais critiqué Poutine personnellement. Je ne critique sa politique qu’en termes juridiques. Je me conforme toujours à la constitution russe et aux lois russes.»

“[For] Cela fait 30 ans que je suis dans la politique russe et je connais personnellement tous les responsables du gouvernement russe, et eux me connaissent, c’est peut-être pour cela que je ne suis pas en prison.»

Nadejdin, un conseiller municipal de 60 ans, candidat au petit parti de centre-droit Initiative civique, a déclaré avoir recueilli dans toute la Russie plus de 100 000 signatures nécessaires pour s’inscrire comme candidat aux élections qui auront lieu le 15 mars. -17.

Mais la CEC a déclaré avoir constaté que 15 pour cent des signatures n’étaient pas valides.

Le Kremlin a déclaré qu’il ne considérait pas Nadejdin comme un rival sérieux de Poutine et que la décision de la commission était conforme à la procédure.

Poutine est presque certain d’être réélu pour prolonger d’au moins six ans ses 24 années à la tête de la Russie, dont huit années en tant que Premier ministre.

Mais Nadezhdin est prêt au combat.

Il a déclaré que si la Cour suprême lui permettait de se présenter, il obtiendrait « un résultat très important et ce serait un gros problème pour notre gouvernement ».



Source link