Les hindous malaisiens font preuve de dévotion religieuse à Thaipusam | Actualités religieuses


Les hindous de Malaisie ont célébré la fête de Thaipusam, l’une des plus importantes de leur calendrier religieux, affichant leur dévotion lors d’une procession de masse, certains se perçant le corps avec des crochets et des brochettes.

Les autorités ont déclaré qu’elles attendaient jeudi jusqu’à deux millions de personnes – fidèles et touristes – au temple des grottes de Batu, à la périphérie de la capitale, Kuala Lumpur. Un million de personnes supplémentaires étaient attendues au festival sur l’île septentrionale de Penang.

Thaipusam commémore le jour où la déesse Parvati a donné à son fils le Seigneur Murugan une « lance divine » pour vaincre un démon maléfique qui avait pris le contrôle du ciel et emmené ses êtres célestes en captivité.

Le festival représente la lutte entre le bien et le mal et est célébré non seulement en Malaisie mais aussi à Singapour, en Inde, au Sri Lanka et dans d’autres pays comptant un grand nombre de Tamouls.

Les fidèles des grottes de Batu gravissent 272 marches pour atteindre le sommet du temple caché dans une grotte calcaire.

“Je pense que parce que vous priez constamment, vous ne le ressentez pas vraiment”, a déclaré Jaynita, qui a demandé à être identifiée uniquement par son prénom, à l’agence de presse AFP.

« Une fois que vous entrez, vous êtes dans un mode Zen, vous pensez simplement à Dieu. [Lord Murugan] et vous voulez juste l’atteindre », a-t-elle ajouté.

La femme de 30 ans et sa sœur portaient des pots de lait sur la tête en guise d’offrandes à Dieu pour les remercier de l’amélioration de la santé des membres de leur famille qui étaient en mauvaise santé.

« Quand ils vont mieux, nous pensons que c’est grâce à lui. Nous accomplissons donc le vœu puisqu’il a accompli ce que nous avions demandé », a-t-elle déclaré.

Certains fidèles portent des structures métalliques lourdes appelées kavadis, qui peuvent peser jusqu’à 100 kg (220 livres) et sont attachées à leur corps avec des pointes métalliques pointues.

D’autres se percent la langue et les joues avec des brochettes de métal en signe d’action de grâce et de pénitence.

De nombreux participants entrent dans une transe appelée « arul vaku », ce qui signifie qu’ils ne ressentent pas de douleur ni ne saignent à cause des piercings.

Dans les semaines précédant Thaipusam, les fidèles organisent généralement des séances de prière quotidiennes, s’abstiennent de relations sexuelles et maintiennent un régime végétarien strict pour « purifier » leur corps.

Les Indiens de souche, pour la plupart Tamouls, représentent environ 7 pour cent des 34 millions d’habitants de la Malaisie.



Source link