Mars aurait pu être habitable des milliards d’années plus tôt | Sciences | Nouvelles


Les scientifiques pensent que Mars aurait pu être habitable pendant des millions d’années de plus qu’on ne le pensait auparavant.

Ils disent que la planète aurait pu abriter la vie avant de finalement se dessécher. La surface de la planète rouge était autrefois recouverte d’océans, de lacs et de rivières.

Elle aurait ressemblé à la Terre aux premiers jours du système solaire, rapporte le Times.

La théorie suggère que la vie aurait pu évoluer dans les eaux martiennes, mais pas assez longtemps pour devenir un organisme complexe.

Les scientifiques pensent que toute vie sur Mars aurait disparu lorsque l’eau liquide a disparu de la surface de la planète, il y a environ trois milliards d’années.

Il existe cependant des idées contradictoires sur ce qui est arrivé à l’eau. Des études suggèrent qu’il aurait pu s’évaporer dans l’espace à mesure que l’atmosphère de la planète s’amincissait.

Ou devenez lié à la croûte terrestre avant qu’elle ne coule pour créer une couche glacée de pergélisol.

On pensait auparavant que Mars avait perdu son eau pendant la période hespérienne, il y a environ 3,7 à 2,9 milliards d’années. Les scientifiques pensent désormais que l’eau aurait pu se trouver sur Mars jusqu’à la fin de la période hespérienne.

Des chercheurs de l’Imperial College de Londres ont “découvert des signes indiquant que l’eau était abondante dans le cratère Gale de Mars, un bassin de 150 km de diamètre juste au sud de l’équateur, longtemps après que l’on pensait que la planète était devenue sèche et inhospitalière”.

L’équipe de recherche du rover Curiosity a également découvert des couches déformées dans le grès du désert qui, selon eux, pourraient avoir été créées uniquement par l’eau.

Le Dr Steven Banham, auteur principal de l’étude, publiée dans la revue Geology, et professeur au Département des sciences et de l’ingénierie de la Terre de l’Impérial, a déclaré : « Le grès a révélé que l’eau était probablement abondante plus récemment et pendant plus longtemps qu’on ne le pensait auparavant. mais par quel processus l’eau a-t-elle laissé ces indices ?

“Cette eau aurait pu être un liquide sous pression, introduit de force dans les sédiments et le déformant ; gelée, le processus répété de gel et de dégel provoquant la déformation ; ou saumâtre, et soumise à de grandes variations de température. Ce qui est clair, c’est que derrière chacun de ces moyens potentiels de déformer ce grès, l’eau est le lien commun.”



Source link